Les artistes

Le quatuor Girard
  • Grégoire Girard : Violon
  • Agathe Girard : Violon
  • Hugues Girard : Alto
  • Lucie Girard : Violoncelle

Constitué au sein d'une grande fratrie, le Quatuor Girard est né d'une passion commune révélée par la pratique très précoce de la musique de chambre en famille.

Formé par les membres du Quatuor Ysaÿe, au Conservatoire de Paris puis dans la classe de Miguel da Silva à la HEM de Genève, le Quatuor Girard reçoit en parallèle les riches enseignements proposés par l'European Chamber Music Academy, l'Académie musicale de Villecroze, Musique à Flaine, Proquartet, l'Académie du festival d'Aix-en-Provence, et ne tarde pas à se faire remarquer au cours de grandes compétitions internationales.

Lauréat du Concours de Genève en 2011, le quatuor a remporté en 2010 le Prix Académie Maurice Ravel à Saint-Jean-de-Luz, devient par la suite lauréat de la Fondation Banque Populaire puis lauréat HSBC de l'Académie du Festival d'Aix-en-Provence.

Invités de salles et de festivals prestigieux en France -Auditorium du Musée d'Orsay, Théâtre du Châtelet, La Folle Journée de Nantes, Soirées et Matinées musicales d'Arles, le festival de Deauville, la Grange de Meslay...- le quatuor est également demandé à l'étranger notamment en Suisse, en Italie, en Belgique, au Maroc, en Russie, au Japon, en Chine...

Il partage régulièrement la scène avec d'autres musiciens tels que Jean-Claude Pennetier, Augustin Dumay, Henri Demarquette, Raphaël Pidoux, François Salque, Gérard Caussé, Ronald Van Spaendonck...

En résidence à la Chapelle Royale Reine Elisabeth de Belgique, le Quatuor Girard a bénéficié d'échanges  Quatuor Artemis. En tant qu’« artistes associés », il entretient également des liens étroits avec la Fondation Singer-Polignac ; l'intégrale des quatuors de Beethoven qu'il y a produite à la veille du 250ème anniversaire du compositeur, restera pour le Quatuor Girard une aventure marquante et déterminante pour la suite de sa vie artistique.

Ses passages réguliers sur France Musique, Radio classique et Musiq'3 lui permettent de faire partager à un large public des projets musicaux qui lui tiennent particulièrement à coeur.

Il associe ses activités concertistes à un effort constant de diffusion en direction de tous les publics. A ce titre, il noue régulièrement des partenariats avec des écoles primaires, collèges, lycées et conservatoires.

Ses derniers albums, notamment « The Starry Sky » (Paraty 2018) et « Saint-Saëns » (B Records 2019) ont été unanimement salués par la critique.

Louis Rodde

Né dans un univers familial artistique et littéraire, le violoncelliste Louis Rodde se forme au Conservatoire de Paris dans la classe de Roland Pidoux et Xavier Phillips, à Leipzig auprès de Peter Bruns, puis à Salzburg avec Clemens Hagen; il rencontre au cours de ses années d’études de très grands artistes auprès desquels il développe sa compréhension de la musique et sa personnalité : les musiciens du quatuor Ysaÿe, l’altiste Hatto Beyerle, les pianistes Jean-Claude Pennetier, Menahem Pressler et Ferenc Rados.

Nommé «Révélation classique » de l’Adami, lauréat de la Fondation Cziffra, Louis est le violoncelliste du Trio Karénine (avec la pianiste Paloma Kouider et depuis 2021 la violoniste Charlotte Juillard) avec lequel il a remporté notamment le concours de l’ARD de Munich.

Il est l’invité de salles telles que le Musikverein de Vienne, la Philharmonie et le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, le CCK de Buenos Aires, le Concertgebouw d’Amsterdam, la Frick Collection à New York, le Konzerthaus de Berlin, et des plus grands festivals. Il se produit en soliste avec la Neue Philharmonie Westphalen, le Polish Chamber Orchestra, l’Orchestre de Caen, l’Orchestre des Jeunes d’île de France, l’Orchestre Philharmonique du Liban, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse.

Sa discographie éclectique a fait les éloges de la presse internationale : au sein du Trio Karénine un disque Schumann, un album de musique française Ravel-Fauré-Tailleferre, un récital slave Chostakovitch-Weinberg-Dvorak et enfin album de transcriptions autour de la Nuit Transfigurée de Schönberg (Mirare); en sonate avec le pianiste Gwendal Giguelay (Fauré et Ropartz / NoMadMusic) ; avec la soprano Karen Vourc’h pour une mise en miroir des univers de Franz Schubert et Duke Ellington (B records).

Louis s’investit au sein des associations Esperanz’Arts et Fous de musique en France et part jouer en Haïti, au Sénégal, au Liban auprès de ceux qui n’ont pas la chance de vivre avec la musique au quotidien.

En 2021, il est nommé Professeur de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Anaëlle Gregorutti
Anaëlle Gregorutti commence la musique à l’âge de six ans par l’étude du violon puis de l’alto. C’est au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris qu’elle rejoint ensuite le chœur de la « Maitrise de Paris» sous la direction de Patrick Marco. Parallèlement à ses études de chant et de direction de choeur, elle obtient en 2012 une licence en Musicologie à l’Université de la Sorbonne Paris IV.
En 2014, Anaëlle Gregorutti intègre la Haute Ecole de Musique de Lausanne dans la classe de Leontina Vaduva. Lors de master class, elle reçoit l’enseignement de Helmut Deutsch, de Martin Katz, de Luisa Castellani et se perfectionne auprès de Heidi Brunner.
Passionnée par la scène, la jeune mezzo-soprano participe à plusieurs productions lyriques avec orchestre (Orphée et Euridice, la Belle Hélène et Dialogues des Carmélites) ainsi qu’en oratorio(Requiem de Mozart).
En 2018, elle constitue le Trio Vocacello (voix, violoncelle et accordéon) se produisant ainsi en Suisse et en France. En 2019, elle obtient son Master d’interprétation en chant lyrique et participe à l’émission «Magnétique» sur Espace 2 - RTS en interprétant La Voix humaine de Francis Poulenc.
En juillet 2020, elle crée avec la pianiste Marie Cécile Bertheau « La voix surréaliste » concert littéraire autour des œuvres de Francis Poulenc et de Paul Eluard, pour la Fondation Jan Michalski en Suisse.
Elodie Soulard
Elodie Soulard commence l’apprentissage de l’accordéon près de Clermont-Ferrand, puis au Conservatoire du XII° arrondissement de Paris dans la classe de Max Bonnay avant d'intégrer le CNSM de Paris où elle y effectue de brillantes études récompensées par un Master d'accordéon en 2010. L'année suivante, elle est admise en III° cycle supérieur dans la classe du pianiste et chef d’orchestre Jean-François Heisser.
Parallèlement, elle reçoit les conseils éclairés d'un grand nombre de maîtres à travers l'Europe et travaille assidûment aux côtés du concertiste russe Yuri Shishkin.
Soutenue par la Fondation Safran, Elodie est régulièrement invitée en tant que soliste et se produit sur de grandes scènes internationales : Salle Pleyel, Cité de la Musique, Folles journées de Nantes et de Tokyo, Festival de l’Empéri, Festival Berlioz, Festival Radio-France, Festival Al Bustan (Liban),Philharmonie de Rostov-sur-le-Don (Russie), Muziekgebouw d'Amsterdam, Seoul Arts Center (Corée du Sud), Concert Hall de Shanghai (Chine), EMPAC (New York, USA)
Son talent d'interprète a été incontestablement reconnu dans un répertoire aussi bien constitué de transcriptions de Bach à Ligeti que d’œuvres originales contemporaines pour son instrument (Kusyakov, Goubaïdoulina, Lindberg, Berio). Elle est également auteur d'un grand nombre de transcriptions pour un, deux ou trois accordéons réalisées à partir d'œuvres orchestrales de Berlioz, Schumann, Gounod et Prokofiev.
Elodie a pour partenaires de musique de chambre Emmanuel Pahud, Jean-Marc Phillips, Laurent Korcia, Eric-Maria Couturier et aussi le violoncelliste Raphaël Pidoux, avec qui elle a enregistré un disque en 2009 sous le label Integral. Elle est membre des Siècles, et joue avec l'Orchestre Philarmonique de Radio-France, l’Orchestre Poitou-Charentes, les ensembles 2e2m, Instant Donné, C barré, et l'International Contemporary Ensemble (New York)
Elodie Soulard joue sur un accordéon russe de marque « Jupiter » (modèle de V. Gusiev).
CÉSAR BIRSCHNER

Piano

Né en 1991, César Birschner commence ses études musicales à 10 ans à Vitória, au Brésil. À 15 ans, déjà détenteur de plusieurs prix dans des concours nationaux et un premier prix au concours international de piano de Fundao, au Portugal, il vient en France suivre l’enseignement d’Edson Elias à l’École Normale de Musique de Paris. 

Il intègre la classe d’Emmanuel Mercier au CRR de Paris, où il obtient son Prix de perfectionnement à l’unanimité du jury. Il obtient aussi dans cet établissement le prix d’accompagnement au piano. Il reçoit également les conseils de Brigitte Engerer, et surtout de Rena Shereshevskaya. 

En février 2013, il est admis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean François Heisser, puis de Florent Boffard. Il est aussi accepté à l’université Sorbonne Paris IV, où il obtient une licence de musicologie. En janvier 2016, il s’est produit aux côtés du violoniste Grégoire Girard dans l’émission « Génération jeunes interprètes » sur France Musique. En 2017, il obtient le 1er prix au Concours International pour Solistes et Orchestre Giorgio Cambissa avec ses partenaires du Trio Brasilis.